lundi 17 mai 2010

Les jeux de Hasard de l'Antiquité à nos jours (Conférence)

LES DECOUVRADES 2009-2010
Le Hasard, ami ou ennemi ?
Centre International de Conférences de Météo France, 42, avenue G. Coriolis, Toulouse


8ème « Découvrades » du MARDI 18 mai 2010 à 20h15

«Les Jeux de Hasard de l’Antiquité à nos jours,
le rôle du hasard et des gènes dans le jeu pathologique »


Les jeux de hasard ont été pratiqués de tous temps, dans toutes les civilisations, et quel que soit le niveau social des individus, comme on le découvre en lisant les lettres écrites en latin au Vème siècle (455) à Toulouse par Sidoine APOLLINAIRE à propos de la société gallo-romaine.
Voici en effet, dans la lettre II de Sidoine à son cher Agricola, une remarquable description d’un joueur qui n’est autre que Théodoric II, roi des Visigoths :

« Une fois l’appétit satisfait, Théodoric ne fait jamais qu’une courte sieste ; souvent même il s’en passe. C’est l’heure où la table de jeu a la faveur de notre héros : il rassemble les dés avec rapidité, les examine avec soin, les agite avec astuce, les jette avec vivacité, les interpelle plaisamment, attend le résultat patiemment. Aux bons coups, il garde le silence, aux mauvais il rit ; jamais il ne s'emporte, toujours il se comporte en philosophe. Quant à la revanche, il dédaigne également de la prendre et de la craindre ; si les avantages lui ont sont offerts, il en méprise l’offre, mais si elle lui est imposée, il va jusqu’au bout. Il perd sans un mouvement d’humeur, il gagne sans aucune complicité. On le croirait au maniement d’armes, même quand il manie les pions : son seul souci est de vaincre. Quand l’heure du jeu est venue, il met quelque peu en sommeil la gravité royale ; il favorise le libre exercice de la plaisanterie et la camaraderie. Pour te dire mon sentiment, il redoute d’être redouté. Aussi est-il ravi de la mauvaise humeur du perdant, et c’est cela seulement qui le convainc que son adversaire ne l’a pas laissé gagner, quand la bile de l’autre lui a apporté la certitude d’une victoire véritable. »

Le hasard est donc intervenu très tôt dans l’histoire des jeux et l’homme a cru y trouver un moyen d’équilibrer la répartition de la fortune, mais les jeux de hasard représentèrent aussi un moyen de culture et de rapprochement social.
Le développement de ces jeux s’est progressivement accompagné d’abus et de perversions, au point de transformer leur pratique, devenue excessive et incontrôlable, en véritable toxicomanie : le jeu devenant alors un facteur d’isolement social.
Malgré les préceptes des religions et les tentatives des pouvoirs politiques successifs pour contrôler et limiter leurs abus, la pratique des jeux est devenue si fréquente et si répandue dans toutes les classes de la société que les jeux font maintenant partie des paramètres négatifs de santé publique.

La prise en charge de l’addiction au jeu est devenue aujourd’hui une nécessité. En 2008, et à la demande de la Direction générale de la Santé, l’Inserm a lancé une étude pluridisciplinaire afin de rassembler les données scientifiques existantes sur les conduites addictives liées aux jeux de hasard et d’argent pour mieux cerner cette forme « d’addiction sans substance », et mettre en place une politique de prévention et de soins adaptée au contexte français.
Dans notre pays, le chiffre d’affaire des « jeux autorisés » a été multiplié par 400 entre 1960 et 2006, et les jeux sur internet connaissent une croissance exponentielle.
Il est très difficile d’estimer la prévalence de « joueurs problématiques (ou excessifs) et pathologiques » en France : entre 1,5 et 3% de la population concernée selon les experts d’autant plus qu’il existe souvent des « facteurs associés ».

Louis ARBUS, premier conférencier, Prof. Emérite de Médecine Légale et de Toxicologie à la Faculté de Médecine de Toulouse-Purpan et Ex-Chef du Service des Troubles du Sommeil à l'Hôpital de Toulouse-Rangueil.
Le Laboratoire de Sommeil a été créé par Louis Arbus et a ouvert ses portes à Toulouse en 1991. Louis Arbus a alors entrepris, en collaboration avec la CPAM du Tarn, des actions de sensibilisation concernant le sommeil et la vigilance, d'abord de façon générale (Le sommeil dans le département du Tarn – 1995), puis de façon plus ciblée vers le grand public (Le sommeil des enfants de 2 à 12 ans en 1996. Le rythme veille sommeil pendant l’adolescence en 1997), ensuite vers les confrères (La somnolence – 1997) puis avec les médecins du travail (Sommeil et travail à horaires atypiques - 1998). Louis Arbus a ensuite développé une étude sur l’impact accidentogène des troubles de la vigilance (25 à 50% des accidents de la route).
Dans les cadre de sa participation aux Enseignements de Sciences et Sociales, Louis Arbus a développé un module d’Etude des Conduites à Risques dans lequel il aborde notamment les conséquences pathologiques des Jeux de hasard.

Laurent SCHMITT, deuxième conférencier, Professeur de Psychiatrie à la Faculté de Médecine de Toulouse-Purpan et Chef du Service de Psychiatrie et de Psychologie Médicale à l’Hôpital de La Grave - Casselardit.
Laurent Schmitt est le Chef de Service du Centre d’addictologies de Purpan dans lequel il existe une consultation spécialisée pour les Jeux de hasard et d’argent, les Jeux vidéo et sur internet, et les achats pathologiques (compulsifs). Cette consultation comporte une évaluation initiale et un suivi thérapeutique comme pour les consultations « d’addictions avec substance » qui y sont souvent associées (alcool, tabac, substances illicites, médicaments).

Jacques LAUGA, animateur, Professeur Emérite de Biométrie à l’Université Paul Sabatier-Toulouse III.
Jacques Lauga a travaillé sur les comportements normaux ou anormaux sur des modèles animaux et en particulier par l’analyse, la mesure et le typage des signaux acoustiques émis.

Partie artistique : Trio de musique classique avec Pierre PARVEAU au violon, Christophe ARBUS au violoncelle, et Rachel RODGERS au piano.
Accueil du public avec le premier mouvement allegro moderato du trio pour violon, violoncelle et piano opus 63 de Carl Maria von Weber, puis entre les deux conférences, les deux autres mouvements andante espressivo et allegro vivace.
Avant le débat, nous entendrons Primavera Portena d’Oblivion d’Astor Piazzolla d’après un arrangement de José Bragato pour violon, violoncelle et piano.



1 commentaire:

  1. C'est toujours très intéressant savoir l'histoire de la chose à quoi vous vous intéressez! J'aime bcp casino et je joue au https://casinority.com/canada/fr/ c'est pourquoi il me plait de lire cet article!

    RépondreSupprimer